L'Eau d'Ici : pour une eau de qualité dans le Sud Territoire

Dans le cadre de sa compétence en matière d’eau potable, la CCST est particulièrement concernée par la qualité de l’eau distribuée aux habitants.
Ainsi, en complément des mesures et traitements correctifs qu’elle met en œuvre pour garantir la meilleure eau possible au robinet, elle s’est lancée dans une démarche expérimentale et collaborative baptisée « L’Eau d’Ici » visant à prévenir les pollutions à la source.

Pourquoi ?

Il y a plusieurs années, constat a été fait de la dégradation de la qualité de l’eau du captage de Saint-Dizier-L’Evêque, aujourd’hui fermé, faisant du Sud Territoire un espace à enjeux classé prioritaire dans le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE).
A l’origine de cette dégradation : des pollutions diffuses de produits phytosanitaires liés à l’activité agricole et à un sol karstique particulièrement sensible.

A travers « l'Eau d'Ici », la Communauté de communes et ses partenaires souhaitent agir efficacement sur le court, moyen et long terme en vue d’améliorer la qualité de l’eau à l’échelle du bassin de vie du Sud Territoire tout en maintenant une activité agricole nourricière et viable.

Cette action s’inscrit dans le cadre du Plan Régional Santé Environnement piloté par la DREAL (Direction Régional de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et l’ARS (Agence Régionale de Santé) Bourgogne Franche-Comté.

 

Une démarche partenariale

La démarche, basée sur le volontariat des différents acteurs, notamment les agriculteurs et sur la co-construction des solutions, est soutenue par de nombreux partenaires institutionnels lesquels ont signé une Charte d'engagement le 24 janvier 2023.

Sont ainsi parties prenantes aux côtés de la CCST : l’État, l’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne Franche-Comté, la Chambre Interdépartementale d’Agriculture (CIA) Doubs-Territoire de Belfort, l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, l’Institut National de la Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE) et le Département du Territoire de Belfort.

Concrètement, sur le terrain, la CCST travaille main dans la main avec la Chambre Interdépartementale d'agriculture Doubs-Territoire de Belfort (CIA 25-90) avec laquelle elle a passé une convention de partenariat. Chacune des deux structures a recruté une personne dédiée à « l’Eau d’Ici ».

 
Les agriculteurs, au cœur de l'Eau d'Ici
 
Au cœur de « l’Eau d’Ici », on trouve bien évidemment l’agriculture et les agriculteurs, sans le concours desquels il ne peut pas y avoir d’amélioration. Ces derniers sont ainsi associés et mobilisés depuis le lancement de la démarche.
Un programme d'ateliers et de rencontres, animés par la Chambre d’Agriculture, jalonnent le calendrier afin notamment de faire adhérer un maximum d'agriculteurs.
Le caractère collaboratif de « l’Eau d’Ici » est primordial : il ne s’agit plus d’imposer des contraintes, ni de faire chacun de son côté mais bien de travailler ensemble.
 
La première action emblématique du volet agricole de l'Eau d'Ici est la réduction de 70 % de l'apport en phytosanitaires sur les cultures de maïs, depuis le printemps 2023.
Pour ce faire, la Communauté de communes a acquis sur ses fonds propres une désherbineuse qu'elle met à disposition des agriculteurs volontaires. Cette mise à disposition s'accompagne d'une prise en charge de la prestation par la collectivité de 50 %.

Bilan de la campagne de désherbinage 2023

La campagne 2023 de désherbinage a concerné 12 exploitations sur les 70 existantes dans le Sud Territoire sur 30 parcelles équivalant à 120 hectares de culture de maïs désherbinées.
Une surface qui correspond à environ 10 % de la surface de culture de maïs sur la CCST.

Des comparaisons avec des parcelles test non désherbinées ont montré que la diminution de 2/3 des substances habituellement utilisées n'a fait aucune différence sur le rendement des parcelles désherbinées par rapport aux parcelles test.

Des résultats encourageants et prometteurs, à consolider, mais de bonne augure en vue de la campagne 2024, qui vise cette fois-ci une surface de 170 ha.

Et aussi...

Le milieu de la recherche et l'INRAE Bourgogne Franche-Comté sont pleinement associés au travail mené dans le Sud Territoire. Un doctorant a ainsi été missionné pour étudier les impacts des actions menées dans le cadre de "l'Eau d'Ici".

D'autres actions sont en cours de réflexion avec l'ensemble des partenaires et des acteurs que ce soit dans le cadre du volet agricole ou des autres volets de la démarche.
Citons par exemple la réflexion autour des couverts végétaux ou des cultures à bas niveau d'intrants et, hors volet agricole, le travail initié autour d'un diagnostic des taux de raccordement et taux de conformité en matière d'assainissement et toute la réflexion autour des phytosanitaires non agricoles.

« L’Eau d’Ici » s’appuie sur une approche novatrice qui a vocation à essaimer sur le reste du territoire régional et national.

Zohra BACHIRI, Chargée de mission l’Eau d’Ici
Service Eau potable à Grandvillars
Téléphone03 84 23 50 81
E-mailzohra.bachiri@cc-sud-territoire.com

Vice-Président : Claude MONNIER

Documents

Retour en haut
Outils d’accessibilité