Saint-Dizier-l'Évêque

Saint-Dizier-l'Évêque

"Parti, au 1 d’or au lion contourné de gueules la queue fourchée passée en sautoir, au 2 d’azur à la crosse épiscopale d’or."

  • Lavoir
    Lavoir
    St Dizier l'Evêque
  • Vignes
    Vignes
    St Dizier l'Evêque
Population
Fêchois
Nombre d'habitants
416
Superficie
10,83 km²
Altitude moyenne
374 m (mini) - 615 m (maxi)
Maire
Nicolas PETERLINI
Les adjoints

Pierre-Alain COMMENT (1er Adjoint)
Agnès TAQUARD

Date d'entrée dans la Communauté de Communes
1er janvier 2000
Contact Mairie
10 rue de l'Eglise
90100 Saint-Dizier-l'Évêque
Tél : 03 84 36 09 39
Fax : 03 84 56 24 67
Histoire et patrimoine

Saint-Dizier-l'Évêque est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Franche-Comté. La commune est administrativement rattachée au canton de Beaucourt. Ses habitants sont appelés les Fêchois.

A l'emplacement du village actuel se trouvait, d'après la légende de saint Dizier, un oratoire dédié à saint Martin. C'est là que fut enterré Desiderius, futur saint Dizier et son diacre Regenfroid (ou Reinfroid), après avoir été assassinés à Croix par des brigands, dans les années 670. Vers 736, le comte Eberhard, fils du duc d'Alsace, fait don à l'abbaye de Murbach (créée en 728) de la villa Datira (Delle) ainsi que l'église où se trouve le corps de Dizier. Une église existait donc déjà à l'époque mérovingienne et le tombeau de Dizier faisait l'objet de pèlerinages importants où étaient amenés les malades mentaux ; la thérapie consistait entre autres à faire ramper le patient dans un étroit passage situé sous le sarcophage du saint. Cette église fut reconstruite au début du XIe siècle et inaugurée en 1041.

La paroisse qu'elle symbolisait alors couvrait les villages de Villars-le-Sec, Fêche-l'Église, Lebetain et une partie de Beaucourt et de Montbouton. À une certaine époque, elle comprenait également Bure (Jura) (actuellement en Suisse) et Croix. La reconstruction de l'église fut l'occasion pour les moines de Murbach de transférer dans leur abbaye les restes et reliques de saint Dizier et de saint Regenfroid. Le village, qui s'était développé au XIe siècle grâce à la renommée du saint, était devenu le chef-lieu d'une mairie dont l'étendue était celle de la paroisse.

Le fief de Saint-Dizier a relevé du Saint Empire (abbaye de Murbach, comté de Ferrette) jusqu'en 1648, après la guerre de Trente Ans, et son rattachement à la France. Dans les actes rédigés en allemand le nom du village a été germanisé en Sanct Sthörgen ou Sanct Stoeringen.

L'église de Saint-Dizier est une des plus anciennes de la région. Bien sûr il ne reste sans doute plus rien de l'oratoire de Saint-Martin où Desiderius lui-même a célébré la messe vers 670. De l'église construite au début du VIIIe siècle subsisteraient une absidiole et la partie inférieure du clocher-porche. La construction de 1041 ne conserve que quelques murs et le plan de l'édifice précédent. Vers 1575, nouvelle construction où le plafond horizontal est remplacé par des voûtes en croisées d'ogives, ce qui oblige à ajouter des contreforts extérieurs. Au début du XVIIIe siècle, la toiture est entièrement modifiée. Plusieurs aménagements ont été effectués au XIXe siècle, en particulier vers 1853, 1875 et 1881. Le clocher fut surélevé en 1875 et l'orientation du faîte de son toit à deux pans a été tournée de 90 degrés. C'est en 1937 que le terme « l'Évêque » a été adjoint au nom de Saint-Dizier pour désigner le village en évitant l'homonymie avec les autres Saint-Dizier de France.

Crédits : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Dizier-l'Évêque de Wikipédia en français (auteurs)

Eléments remarquables
  • Église de Saint-Dizier,
  • Tombeau de Saint-Dizier,
  • Lavoir,
  • Bornes frontières...
 

Rapports d'analyse d'eau